سماعنة كوم البيجا
همسة الوجدان

سماعنة كوم البيجا

ال بكر
 
مكتبـــــــــــالرئيسيةالتسجيلدخول
سماعنة كوم البجا
سماعنة كوم البجا
بحـث
 
 

نتائج البحث
 
Rechercher بحث متقدم
المواضيع الأخيرة
» اوصول السماعنه
الجمعة سبتمبر 22, 2017 4:14 pm من طرف Admin

» نبزه عن تاريخ السماعنه
الخميس يونيو 16, 2016 2:02 am من طرف Admin

» نزيه عن تاريخ السماعنه
الخميس يونيو 16, 2016 2:00 am من طرف Admin

» الســــــــــــــــماعنه
السبت مارس 22, 2014 10:27 am من طرف Admin

» تيم فيــــــــــــــور خااااص
الأحد يناير 26, 2014 11:33 am من طرف Admin

ازرار التصفُّح
 البوابة
 الصفحة الرئيسية
 قائمة الاعضاء
 البيانات الشخصية
 س .و .ج
 ابحـث
سحابة الكلمات الدلالية
منتدى
المواضيع الأخيرة
» اوصول السماعنه
الجمعة سبتمبر 22, 2017 4:14 pm من طرف Admin

» نبزه عن تاريخ السماعنه
الخميس يونيو 16, 2016 2:02 am من طرف Admin

» نزيه عن تاريخ السماعنه
الخميس يونيو 16, 2016 2:00 am من طرف Admin

» الســــــــــــــــماعنه
السبت مارس 22, 2014 10:27 am من طرف Admin

» تيم فيــــــــــــــور خااااص
الأحد يناير 26, 2014 11:33 am من طرف Admin

ديسمبر 2017
الإثنينالثلاثاءالأربعاءالخميسالجمعةالسبتالأحد
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
اليوميةاليومية
ديسمبر 2017
الإثنينالثلاثاءالأربعاءالخميسالجمعةالسبتالأحد
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
اليوميةاليومية
التبادل الاعلاني

انشاء منتدى مجاني



أفضل 10 فاتحي مواضيع
Admin
 
بنك روز
 
لبنى الدلوعه
 
ملاك
 
فهد
 
قمر المدينة
 
أهاااات
 
دمعة رجا2
 
هدى
 
أميرة الحب
 
المتواجدون الآن ؟
ككل هناك 1 عُضو حالياً في هذا المنتدى :: 0 عضو مُسجل, 0 عُضو مُختفي و 1 زائر

لا أحد

أكبر عدد للأعضاء المتواجدين في هذا المنتدى في نفس الوقت كان 17 بتاريخ الأحد أغسطس 04, 2013 8:11 pm

شاطر | 
 

 تابع موضوع التغدية الصحية

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
لبنى الدلوعه



عدد الرسائل : 13
تاريخ التسجيل : 21/10/2012

مُساهمةموضوع: تابع موضوع التغدية الصحية   الإثنين نوفمبر 05, 2012 3:10 am

Ce sont des études sur le moyen et le long terme
II.2 Types d’étude en épidémiologie nutritionnelle
II.2.1 Les données descriptives

Les études classiques épidémiologiques sont adaptées à la nutrition :
Ce sont des données descriptives, d’observations qui cherchent à mettre en évidence une relation potentielle entre un nutriment et une pathologie.

1°/ Les études écologiques :

C’est une relation statistique ; on regarde ce que les gens mangent par rapport à une maladie, à la mortalité.

Ex d’études écologiques :
1. Corrélation entre cancer du colon et consommation de viande :
Il y a une relation significative mais il y a beaucoup de constituants dans la viande.
2. Etude du cancer du sein et sa relation avec la consommation de graisse :
Plus la consommation en graisse est grande, et plus le risque de cancer du sein est élevé.
3. Etude du cancer et de la consommation de légume : O
On constate que le cancer du sein baisse au fur et à mesure que la consommation de légumes augmente. (relation plus marquée avec le cancer du sein).

=> Ces études ne sont pas significatives, c’est-à-dire pas précises.

2°/ Les études transversales :

A un moment donné, on fait une « photographie » de la population. On peut reproduire cette étude à des temps donnés.
Ex : étude Monica : tous les 5 ans, on fait une étude transversale.

3°/ Etude cas-témoins :

On prend un groupe de malades et un groupe apparié de non malades.
Les personnes sont comparables en âge, sexe, … et on compare leur mode de vie en fonction de la présence de maladie ou non.
Donc, on recherche une relation entre pathologie et nutrition.

4°/ Etude longitudinale :

On suit un groupe de population qui au départ est apparemment sain. Ce sont des études très longues. Mais l’étude peut modifier le comportement des individus.

II.2.2 Données causales

Etude d’intervention : = démarche en double-aveugle

- Etude Suvimax qui porte sur un mélange anti-oxydants.
On prouve que la présence d’un mélange de nutriment à un effet sur la santé
Il y a 3 groupes : un qui reçoit minéraux+vitamines, un qui reçoit un autre mélange, et un groupe qui reçoit rien.

- Etudes du cancer du sein chez les populations qui ont émigré ; les femmes japonaises qui ont migrés à Hawaï ont un taux de cancer du sein plus élevé que celles restées au Japon.
Qu’est ce qui change ? Le mode de vie : alimentation, coutumes…

=> Les études épidémiologiques cherchent le caractère causal ; il faut un temps long pour mettre en évidence l’effet de la nutrition.
De plus, il faut des échantillons représentatifs.

II.3 Enquêtes de consommation alimentaire

On cherche à savoir ce que mangent les gens. Cela n’est pas facile à savoir, en conséquence on travaille sur des données approchées.
Ces sources sur la consommation alimentaire sont :

1°/ Des bilans des disponibilités alimentaires
Ce sont des dérivés des statistiques agricoles nationales et internationales (ce qui est importé – ce qui est exporté).
Pour avoir une idée de la consommation, on divise ce nombre par le nombre de personnes, afin de voir l’évolution des tendances.
Problèmes : - On a une différence entre ce qui est produit et consommé.
- Ce sont des données brutes, on ne fait pas de différence entre une personne âgée et un bébé.

2°/ Enquêtes sur les achats des ménages
Différence entre achats et ce que l’on consomme réellement.
Problèmes : - Ce sont des enquêtes très brutes.
- On a une différence entre achat et consommation.
- Ce sont des données sur les ménages et pas sur l’individu.

3°/ Statistiques nationales de consommation
Ce sont des données dérivées des distributeurs.
Problème : - C’est de l’achat et pas de la consommation.

4°/ Enquêtes de consommation individuelle (ce qu’il y a de mieux) :
Ce sont des études prospectives, c'est-à-dire que l’on enregistre ce que l’on mange quand on le mange
Problème : - La personne se sent contrôlée et peut modifier sa manière de manger.
- Ce sont des études lourdes.

On retrouve :
1. Des enquêtes basées sur la mémoire : mais il y a des problèmes car on ne rappelle pas de tout.
2. Enregistrement alimentaire de 24 h ou de 3 à 7 jours, mais comme elle est surveillée, la personne peut en conséquence modifier son alimentation.
Mais si l’on fait ces études sur 250 personnes, on aura un bon reflet de l’alimentation du groupe.
3. Histoire diététique : se base sur la notion de mémoire.
Elle permet de faire un panoramique sur un an de l’alimentation d’une personne.
4. Food frequency questionnaire : se base sur la fréquence d’alimentation :combien de fois vous mangez … : peu-souvent-jamais.
5. Balance Pétra (Cambridge) : on pèse tt les aliments avant de manger. Mais cela est lourd.

Donc toutes ces études nous donnent des infos très brutes.
D’autre part les études super précises ou plus globales sont presque équivalentes car les gens mentent parfois ou se trompent (ils ont tendance à dire à l’enquêteur ce qu’ils pensent qu’il a envie d’entendre), donc on a des infos parfois faussées dans les études les plus précises.
D’autre part, il y a la bête noire des nutritionnistes : on ne sait pas ce qui est réellement absorbé.
Chapitre III : Besoins nutritionnels et apports conseillés.

III.1 concepts et définitions

Les besoins nutritionnels doivent répondre à 4 critères :

- doivent permettrent la construction, l’entretien et la réparation de l’organisme.
- protection contre les agressions externes (ex : radicaux libres, grandes chaleurs, grands froids…)
- apports d’énergie
- hydratation (très important par rapport à d’autres besoins nutritionnels)
+ une notion de plaisir lié à l’alimentation dans nos sociétés industrialisées.

Définition des besoins nutritionnels pour un individu en bonne santé :

Les besoins en un nutriment ou en énergie sont définis comme la quantité de ce nutriment ou d’énergie nécessaire pour assurer l’entretien (ou maintenance), le fonctionnement métabolique et physiologique d’un individu en bonne santé (homéostasie), comprenant les besoins liés à l’activité physique et à la thermorégulation.
A ces besoins de base s’ajoutent les besoins supplémentaires nécessaires pendant certaines périodes de la vie caractérisées par des circonstances physiologiques particulières (croissance, gestation, lactation, vieillissement) ou encore lors de stress ou certaines pathologies.

Besoins nutritionnels net (c’est un raffinement de la définition précédente)

Ils expriment une quantité de nutriment utilisée au niveau des tissus, après absorption intestinale.
Ils comportent également la constitution et le maintien des réserves.
En fait, quand un aliment est ingéré, il y a libération de nutriments qui doivent être absorbés au niveau de l’intestin. Une fraction seulement va être absorbée, sous l’influence de facteur individuels, des autres nutriments = biodisponibilité des nutriments.

Réserve en un nutriment

La réserve permet de faire face à l’irrégularité de l’apport et à une augmentation provisoire des besoins dans certaines situations physiologiques et pathologiques.
La réserve idéale devrait être facilement mobilisable et ne pas avoir de conséquence néfaste pour l’organisme.

=> Les besoins nutritionnels expriment une quantité de nutriment ou d’énergie qui doit être ingérée pour couvrir les besoins nets en tenant compte de la quantité réellement absorbée. Cette absorption est très variable selon les individus, selon les nutriments, et selon la nature du régime alimentaire (le fer de la viande est mieux résorbé que celui des épinards).

Rem :
- On a une réserve assez large des différents nutriments. S’il y a déficiences, des mécanismes d’adaptation se mettent vite en route. Si les réserves sont élevées, le déficit ne se verra pas tout de suite. Il est impossible de couvrir l’ensemble des besoins journaliers ; on estime qu’il faut 21 jours pour couvrir l’ensemble de ces besoins nutritionnels si l’alimentation est équilibrée et ceci est possible grâce aux réserves.
- Il n’y a pas d’autres manière de répondre à ses besoins que par l’alimentation (pas de photosynthèse chez l’homme).
L’homme est un omnivore >< au koala par exemple qui mourra s’il n’a plus de feuilles d’eucalyptus. C’est une liberté mais aussi une contrainte : il peut et il doit varier l’apport de ses nutriments.
Exception : le nourrisson < 6 mois dont le lait maternel suffit à ses besoins.

L’aliment est un mélange complexe de substances d’origine généralement naturelle et doit être associé à d’autres aliments en proportions convenables.

Les nutriments sont des substances nutritives dont le corps a besoin, qu’il ne peut produire lui-même.

Il en existe 7 classes : - protéines
- glucides
- lipides
- eau (pas seulement dans les boissons)
- fibres alimentaires
- sels minéraux
- vitamines (hydro- et liposolubles)
+ l’alcool (pas indispensable)
... Et 2 catégories : - les macronutriments => quelques g ou centaines de mg = les 4 premiers cités.
- les micronutriments => µg, ng = les autres.

III.2 Apports nutritionnels conseillés EXAMEN

L’apport nutritionnel conseillé (ANC) est égal au besoin nutritionnel moyen, mesuré sur un groupe d’individus, auquel sont ajoutés 2 écarts-types représentant le plus souvent chacun 15% de la moyenne, marge de sécurité statistique pour prendre en compte la variabilité interindividuelle et permettre de couvrir les besoins de la plus grande partie de la population, soit 95% des individus quand x ± 2σ.

Cela suppose que la distribution des valeurs des besoins dans cette population relativement homogène suive la loi normale de type gaussienne (la moyenne et la médiane étant égale dans ce type de distribution statistique).

Comme le coefficient de variation des besoins nutritionnels vaut 15% => 2.15% = 30%
=> L’apport nutritionnel conseillé est de 130% du besoin nutritionnel moyen.
Toutefois, le coefficient de variation retenu pour la fixation de l’ANC peut parfois être plus élevé (exemple des folates avec un ANC de 140% car σ vaut ici 20%).

Au niveau de la population :
Si l’ensemble des sujets a des apports nutritionnels supérieurs aux ANC, pas de risque important de problème de couverture des besoins nutritionnels au niveau de cette population. A l’inverse, si une large fraction de la population présente des apports inférieurs aux ANC, risque important de non couverture des besoins.

Au niveau d’un individu :
Grande variabilité des besoins nutritionnels individuels, pour un même sexe et dans une même tranche d’âge.
Un sujet dont les apports sont supérieurs aux ANC couvre forcément ses besoins.
Un sujet dont les apports sont inférieurs aux ANC va, selon son propre niveau de besoin, le couvrir ou non.
=> Même si les apports nutritionnels sont inférieurs aux apports recommandés, on ne peut conclure à une carence (signes de déficience).

Rem :
- Pour un nutriment moins connu, les apports conseillés sont calculés par rapport aux observations de la population
- On n’a pas toujours la certitude qu’un besoin nutritionnel se distribue de manière normal, gaussienne !



III.3 Méthodes d’établissement des besoins nutritionnels

1°/ Modèles cellulaire et animaux

On étudie l’impact des différents nutriments sur la santé. Mais quand on doit transposer a l’homme, ce n’est pas très facile.

2°/ Approches physiologiques chez l’homme

a) méthode factorielle

Elle évalue séparément les divers besoins de l’organisme et prend en compte le coefficient d’absorption réelle.

Besoins nutritionnels = ∑ des besoins / coefficient d’absorption

Les facteurs intervenant sont les suivants :

- Besoin net d’entretien : dépense physiologique obligatoire pour un fonctionnement normal de l’organisme. Il comprend les pertes minimales inévitables (voies endogènes, fécales, urinaires et cutanées). Ces pertes dépendent de l’apport du nutriment considéré mais aussi de l’interaction avec d’autres nutriments.
- Besoin net de croissance : rétention moyenne normale dans le gain de poids. Il dérive de l’estimation des variations de composition corporelle avec l’âge.
- Besoin net de gestation : rétention moyenne dans le foetus et ses enveloppes, le placenta, l’utérus et la masse sanguine de la mère.
- Besoin net de lactation : quantité exportée dans le lait.
- Coefficient d’absorption réelle : coefficient moyen déterminé dans des conditions d’alimentation courantes.

b) méthode des bilans

Elle étudie l’équilibre entre les entrées et les sorties grâce à des bilans réalisés à des niveaux d’apports différents et contrôlés afin de mesurer la rétention nette d’un nutriment par l’organisme.

On va faire un bilan des entrées et des sorties. On parle de rétention nette en un nutriment (= ce qui a été retenu dans l’organisme)


Eléments influençant la rétention nette d’un nutriment :

- niveau d’apport antérieur en ce nutriment : s’il y a excès, il y aura saturation des réserves.
- variation des taux d’absorption intestinale et d’élimination
- vitesse d’utilisation, de stockage, de destruction et d’élimination par l’organisme
- état des réserves corporelles

Rem :
- On a des pertes minimales inévitables d’un nutriment : ces pertes sont mesurées pour des apports en ce nutriment faibles voir nuls.
- Attention aux erreurs de surestimation des apports et de sous-estimation des pertes.

c) méthode de déplétion – réplétion

Si un manque en une vitamine apparaît, on voit comment palier cette carence.
Cette méthode est donc beaucoup utilisée pour les vitamines.

d) méthode isotopique

On va marquer un nutriment et on étudie sa participation à différents mécanismes, ses réserves,… on le suit dans l’organisme. Cette méthode est coûteuse.

Rem : Ces deux dernières méthodes peuvent se faire à petite échelle.

3°/ Enquêtes nutritionnelles

C’est une approche probabiliste.

a) indicateurs diététiques

L’approche consistant à mesurer les apports alimentaires permet seulement d’évaluer de façon probabiliste un risque de non-couverture des besoins et non pas la non couverture de ces besoins, encore moins la déficience.
Cette méthode a tendance à surestimer les apports conseillés.

Définir ce qui doit être (besoins et apports) est différent de définir ce qui est (niveau d’apports observés)

b) marqueurs biologiques

Etude de l’activité liée à la présence du nutriment : on regarde ce qu’un individu mange et on regarde son état de santé (cf Suvimax) : ce sont des études à long terme.
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
 
تابع موضوع التغدية الصحية
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
سماعنة كوم البيجا :: الفئة الأولى :: دروس فى الطب والتمريض-
انتقل الى: