سماعنة كوم البيجا
همسة الوجدان

سماعنة كوم البيجا

ال بكر
 
مكتبـــــــــــالرئيسيةالتسجيلدخول
سماعنة كوم البجا
سماعنة كوم البجا
بحـث
 
 

نتائج البحث
 
Rechercher بحث متقدم
المواضيع الأخيرة
» اوصول السماعنه
الجمعة سبتمبر 22, 2017 4:14 pm من طرف Admin

» نبزه عن تاريخ السماعنه
الخميس يونيو 16, 2016 2:02 am من طرف Admin

» نزيه عن تاريخ السماعنه
الخميس يونيو 16, 2016 2:00 am من طرف Admin

» الســــــــــــــــماعنه
السبت مارس 22, 2014 10:27 am من طرف Admin

» تيم فيــــــــــــــور خااااص
الأحد يناير 26, 2014 11:33 am من طرف Admin

ازرار التصفُّح
 البوابة
 الصفحة الرئيسية
 قائمة الاعضاء
 البيانات الشخصية
 س .و .ج
 ابحـث
سحابة الكلمات الدلالية
منتدى
المواضيع الأخيرة
» اوصول السماعنه
الجمعة سبتمبر 22, 2017 4:14 pm من طرف Admin

» نبزه عن تاريخ السماعنه
الخميس يونيو 16, 2016 2:02 am من طرف Admin

» نزيه عن تاريخ السماعنه
الخميس يونيو 16, 2016 2:00 am من طرف Admin

» الســــــــــــــــماعنه
السبت مارس 22, 2014 10:27 am من طرف Admin

» تيم فيــــــــــــــور خااااص
الأحد يناير 26, 2014 11:33 am من طرف Admin

ديسمبر 2017
الإثنينالثلاثاءالأربعاءالخميسالجمعةالسبتالأحد
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
اليوميةاليومية
ديسمبر 2017
الإثنينالثلاثاءالأربعاءالخميسالجمعةالسبتالأحد
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
اليوميةاليومية
التبادل الاعلاني

انشاء منتدى مجاني



أفضل 10 فاتحي مواضيع
Admin
 
بنك روز
 
لبنى الدلوعه
 
ملاك
 
فهد
 
قمر المدينة
 
أهاااات
 
دمعة رجا2
 
هدى
 
أميرة الحب
 
المتواجدون الآن ؟
ككل هناك 1 عُضو حالياً في هذا المنتدى :: 0 عضو مُسجل, 0 عُضو مُختفي و 1 زائر

لا أحد

أكبر عدد للأعضاء المتواجدين في هذا المنتدى في نفس الوقت كان 17 بتاريخ الأحد أغسطس 04, 2013 8:11 pm

شاطر | 
 

 موضوع التغدية وكيفية المحافظة على الصحة من الامراض

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
لبنى الدلوعه



عدد الرسائل : 13
تاريخ التسجيل : 21/10/2012

مُساهمةموضوع: موضوع التغدية وكيفية المحافظة على الصحة من الامراض   الإثنين نوفمبر 05, 2012 1:43 pm

Au cours du temps, la masse de tissu maigre (principal déterminant du métabolisme de base) diminue par rapport a la masse totale de tissu : baisse de 2-4% tous les 10 ans et baisse à 80% à 60-70 ans.
Chez l’obèse ou la personne âgée, le tissu adipeux est supérieur à la masse maigre, alors la masse grasse intervient significativement dans le métabolisme de base.
Il y aussi des facteurs génétiques et physiologiques qui intervient significativement dans le métabolisme de base : les femmes ont un métabolisme de base inférieur de 10% par rapport à un homme.

Chez l’enfant, il est très supérieur à celui de l’adulte car la surface corporelle du bébé est très différente.

=> Il faut adapter en permanence les apports nutritionnels à l’individu

b) La thermorégulation :

C’est une fonction vitale qui est sous contrôle hormonal. Si la t° augmente de 1°C alors le métabolisme augmente de 10% car cela est dû à une augmentation de la vitesse enzymatique (raison partielle !).

c) La thermogenèse :

Au repos, le fait de manger provoque une dépense énergétique.
Cette dépense varie en fonction de la composition du régime alimentaire et aussi de la quantité ingérée (activité dynamique spécifique des aliments due à l’absorption, digestion, stockage, transformation en nutriments) :

- glucides 5 à 10 %
- graisses 0 à 2 % (provoque le – de dépenses énergétiques)
- protéines 20 à 30 %

L’activité dynamique spécifique est environ de 8% à 10 % de la DEJ pour un régime alimentaire occidental.

d) L’activité physique :

C’est le second facteur de variation de la dépense énergétique journalière.
On dépense 2 à 3 fois moins d’énergie que nos grand-parents aujourd’hui.

Qu’est ce que l’activité physique ?

C’est le mouvement corporel produit par les muscles squelettique qui entraîne une augmentation substantielle de la dépense d’énergie au-dessus de la dépense énergétique de repos.

Il y a deux catégories d’activité physique :
- Lors des activités professionnelles et de la vie courante (ex transport, courses,...)
- Lors des activités de loisirs (de type sportif ou non)

Qu’est-ce que la sédentarité et à quoi est-elle due ?

Au contraire, la sédentarité est un état dans lequel les mouvements corporels sont réduits au minimum et la dépense énergétique proche de la dépense énergétique au repos.

Les principaux facteurs démographiques et socioculturels associés à la sédentarité sont :
- l’âge (l’inactivité physique augmente avec l’âge au moins jusqu’à 50-60 ans chez l’homme et la femme mais diminue dans certaines études chez les retraités)
- le sexe (la prévalence de l’inactivité est en général plus élevée chez la femme que chez l’homme)
- l’origine ethnique
- la catégorie socioprofessionnelle
- le niveau d’études et le niveau de revenus (dans les pays industrialisés, il existe une relation inverse entre le statut socio-économique et l’inactivité physique).
- accessibilité aux équipements : une étude a été faite et a prouvé que le fait d’enlever la télé permet de diminuer l’obésité chez les enfants.
- les habitudes familiales : lorsqu’un enfant apprend très jeune le plaisir de bouger, il a plus de chance de continuer l’activité physique à l’âge adulte.
Rem : En fait le fait de faire un sport (1h de fitness, …) n’est pas un facteur discriminant, car si par exemple un enfant n’a pas envie d’en faire, alors il ne va pas se bouger et donc ce qui est important ce sont les activités physiques de tous les jours (aller à pied chercher son pain…).
Ex de sédentarité : une étude a montré que si pas de télé dans un foyer alors on baisse l’obésité chez l’enfant, car devant la télé il est inerte, il baisse son métabolisme.

L’entraînement physique et la capacité physique

On détermine les concepts de :

1°/ Entraînement physique = activité physique planifiée, structurée, répétée et dont le but est d’améliorer ou de maintenir les capacités physiques d’un individu.

2°/ Capacité physique = possibilité que les individus ont, ou acquièrent, de réaliser différentes activités physiques.
 capacités cardio-respiratoires à l’effort (VO2 max).

L’entraînement physique interfère donc dans le métabolisme. Un individu bien entraîné aura une meilleure capacité d’utilisation de ses aliments ingérés.
Donc, il y a distinction entre capacité et entraînement.
La capacité physique est liée à un caractère génétique au niveau de la condition physique.
En effet certaines personnes ont une bonne condition physique mais ne la développe pas. Un individu bien entraîné a une meilleure utilisation des apports alimentaires.

Il y a des facteurs génétiques qui interviennent dans la condition physique mais un sujet bien entraîné a une meilleure capacité d’utilisation de l’énergie.
En effet, le travail musculaire est exprimé en watt (puissance) ou Joule (travail) et l’énergie est fournie principalement sous forme d’ATP.
Une partie de cette énergie est convertie en chaleur mais le rendement est faible
=> Les exercices intenses et de plus longue durée augmentent le métabolisme même après l’effort (1/2h à 1h).

=> La quantité d’énergie nécessaire pour compenser ses dépenses énergétiques et assurer une taille et une composition corporelle compatibles avec le maintien à long terme d’une bonne santé dépend essentiellement de l’activité physique de chacun.

IV.1.3 L’énergie d’un aliment :

Voici des valeurs repères des besoins énergétiques suivant des groupes de personnes :

- pour les hommes de 70 kg
20-40 ans : de 2400 à 3400 kcal/j selon l’activité physique. Valeur normale : 2700
41-60 ans : de 2250 à 3400 kcal/j. Valeur normale : 2500
- pour les femmes de 60 kg
20-40 ans : de 1900 à 2600 kcal/j. Valeur normale : 2200
41-60 ans : de 1800 à 2400 kcal/j. Valeur normale : 2000

On ne peut les couvrir ses besoins que par l’alimentation :

Définition de l’énergie d’un aliment :
L’énergie brute (enthalpie) d’un aliment est la quantité de chaleur produite par la combustion d’un gramme de cet aliment dans un calorimètre sous pression d’oxygène.
Elle s’exprime en calories (unités de chaleur) ou en joules par g d’aliment.
Une calorie est la quantité de chaleur nécessaire pour élever de 1 degré la température de 1g d’eau de 14,5 à 15,5°C.

Dans le système des unités internationales, la valeur énergétique des aliments est exprimée e Joules (J) ; l’équivalence habituellement utilisée est 1 Kcal = 4,185 KJ ; inversement 1 KJ = 0,239 Kcal. L’expression en mégajoules (MJ) est utilisée pour le besoin énergétique journalier : 1 MJ = 100 KJ = 239 Kcal.

Quand on digère aliment, on libère des nutriments : les 2 nutriments les plus énergétiques sont les glucides et lipides. L’alcool est utilisé dans les voix métaboliques classiques quand il est consommé modérément.

Valeurs caloriques des nutriments :

Nutriments KJ / gramme Kcal / gramme
Glucides
Protéines
Lipides
Ethanol 17
17
38
29 4
4
9
7

 Si l’alcool est consommé en quantités modérées (< 10% de l’énergie totale), il est inclus dans les voies métaboliques classiques.

Apport énergétique : Protéines 9-12%
Lipides 33%
Glucides 50 à 55%















Au cours du temps, la masse de tissu maigre (principal déterminant du métabolisme de base) diminue par rapport a la masse totale de tissu : baisse de 2-4% tous les 10 ans et baisse à 80% à 60-70 ans.
Chez l’obèse ou la personne âgée, le tissu adipeux est supérieur à la masse maigre, alors la masse grasse intervient significativement dans le métabolisme de base.
Il y aussi des facteurs génétiques et physiologiques qui intervient significativement dans le métabolisme de base : les femmes ont un métabolisme de base inférieur de 10% par rapport à un homme.

Chez l’enfant, il est très supérieur à celui de l’adulte car la surface corporelle du bébé est très différente.

=> Il faut adapter en permanence les apports nutritionnels à l’individu

b) La thermorégulation :

C’est une fonction vitale qui est sous contrôle hormonal. Si la t° augmente de 1°C alors le métabolisme augmente de 10% car cela est dû à une augmentation de la vitesse enzymatique (raison partielle !).

c) La thermogenèse :

Au repos, le fait de manger provoque une dépense énergétique.
Cette dépense varie en fonction de la composition du régime alimentaire et aussi de la quantité ingérée (activité dynamique spécifique des aliments due à l’absorption, digestion, stockage, transformation en nutriments) :

- glucides 5 à 10 %
- graisses 0 à 2 % (provoque le – de dépenses énergétiques)
- protéines 20 à 30 %

L’activité dynamique spécifique est environ de 8% à 10 % de la DEJ pour un régime alimentaire occidental.

d) L’activité physique :

C’est le second facteur de variation de la dépense énergétique journalière.
On dépense 2 à 3 fois moins d’énergie que nos grand-parents aujourd’hui.

Qu’est ce que l’activité physique ?

C’est le mouvement corporel produit par les muscles squelettique qui entraîne une augmentation substantielle de la dépense d’énergie au-dessus de la dépense énergétique de repos.

Il y a deux catégories d’activité physique :
- Lors des activités professionnelles et de la vie courante (ex transport, courses,...)
- Lors des activités de loisirs (de type sportif ou non)

Qu’est-ce que la sédentarité et à quoi est-elle due ?

Au contraire, la sédentarité est un état dans lequel les mouvements corporels sont réduits au minimum et la dépense énergétique proche de la dépense énergétique au repos.

Les principaux facteurs démographiques et socioculturels associés à la sédentarité sont :
- l’âge (l’inactivité physique augmente avec l’âge au moins jusqu’à 50-60 ans chez l’homme et la femme mais diminue dans certaines études chez les retraités)
- le sexe (la prévalence de l’inactivité est en général plus élevée chez la femme que chez l’homme)
- l’origine ethnique
- la catégorie socioprofessionnelle
- le niveau d’études et le niveau de revenus (dans les pays industrialisés, il existe une relation inverse entre le statut socio-économique et l’inactivité physique).
- accessibilité aux équipements : une étude a été faite et a prouvé que le fait d’enlever la télé permet de diminuer l’obésité chez les enfants.
- les habitudes familiales : lorsqu’un enfant apprend très jeune le plaisir de bouger, il a plus de chance de continuer l’activité physique à l’âge adulte.
Rem : En fait le fait de faire un sport (1h de fitness, …) n’est pas un facteur discriminant, car si par exemple un enfant n’a pas envie d’en faire, alors il ne va pas se bouger et donc ce qui est important ce sont les activités physiques de tous les jours (aller à pied chercher son pain…).
Ex de sédentarité : une étude a montré que si pas de télé dans un foyer alors on baisse l’obésité chez l’enfant, car devant la télé il est inerte, il baisse son métabolisme.

L’entraînement physique et la capacité physique

On détermine les concepts de :

1°/ Entraînement physique = activité physique planifiée, structurée, répétée et dont le but est d’améliorer ou de maintenir les capacités physiques d’un individu.

2°/ Capacité physique = possibilité que les individus ont, ou acquièrent, de réaliser différentes activités physiques.
 capacités cardio-respiratoires à l’effort (VO2 max).

L’entraînement physique interfère donc dans le métabolisme. Un individu bien entraîné aura une meilleure capacité d’utilisation de ses aliments ingérés.
Donc, il y a distinction entre capacité et entraînement.
La capacité physique est liée à un caractère génétique au niveau de la condition physique.
En effet certaines personnes ont une bonne condition physique mais ne la développe pas. Un individu bien entraîné a une meilleure utilisation des apports alimentaires.

Il y a des facteurs génétiques qui interviennent dans la condition physique mais un sujet bien entraîné a une meilleure capacité d’utilisation de l’énergie.
En effet, le travail musculaire est exprimé en watt (puissance) ou Joule (travail) et l’énergie est fournie principalement sous forme d’ATP.
Une partie de cette énergie est convertie en chaleur mais le rendement est faible
=> Les exercices intenses et de plus longue durée augmentent le métabolisme même après l’effort (1/2h à 1h).

=> La quantité d’énergie nécessaire pour compenser ses dépenses énergétiques et assurer une taille et une composition corporelle compatibles avec le maintien à long terme d’une bonne santé dépend essentiellement de l’activité physique de chacun.

IV.1.3 L’énergie d’un aliment :

Voici des valeurs repères des besoins énergétiques suivant des groupes de personnes :

- pour les hommes de 70 kg
20-40 ans : de 2400 à 3400 kcal/j selon l’activité physique. Valeur normale : 2700
41-60 ans : de 2250 à 3400 kcal/j. Valeur normale : 2500
- pour les femmes de 60 kg
20-40 ans : de 1900 à 2600 kcal/j. Valeur normale : 2200
41-60 ans : de 1800 à 2400 kcal/j. Valeur normale : 2000

On ne peut les couvrir ses besoins que par l’alimentation :

Définition de l’énergie d’un aliment :
L’énergie brute (enthalpie) d’un aliment est la quantité de chaleur produite par la combustion d’un gramme de cet aliment dans un calorimètre sous pression d’oxygène.
Elle s’exprime en calories (unités de chaleur) ou en joules par g d’aliment.
Une calorie est la quantité de chaleur nécessaire pour élever de 1 degré la température de 1g d’eau de 14,5 à 15,5°C.

Dans le système des unités internationales, la valeur énergétique des aliments est exprimée e Joules (J) ; l’équivalence habituellement utilisée est 1 Kcal = 4,185 KJ ; inversement 1 KJ = 0,239 Kcal. L’expression en mégajoules (MJ) est utilisée pour le besoin énergétique journalier : 1 MJ = 100 KJ = 239 Kcal.

Quand on digère aliment, on libère des nutriments : les 2 nutriments les plus énergétiques sont les glucides et lipides. L’alcool est utilisé dans les voix métaboliques classiques quand il est consommé modérément.

Valeurs caloriques des nutriments :

Nutriments KJ / gramme Kcal / gramme
Glucides
Protéines
Lipides
Ethanol 17
17
38
29 4
4
9
7

 Si l’alcool est consommé en quantités modérées (< 10% de l’énergie totale), il est inclus dans les voies métaboliques classiques.

Apport énergétique : Protéines 9-12%
Lipides 33%
Glucides 50 à 55%
































الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
 
موضوع التغدية وكيفية المحافظة على الصحة من الامراض
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
سماعنة كوم البيجا :: الفئة الأولى :: دروس فى الطب والتمريض-
انتقل الى: